Dans cet article j’étudie la conception de la fraternité dans l’œuvre de G.A. Cohen, dans le cadre de sa critique du libéralisme Rawlsien. Il y a deux formes générales de la fraternité chez Cohen: la “communauté justificative” et la “réciprocité communale”. Je soutiens que Cohen offre une critique convaincante du libéralisme, en montrant que des libéraux ont du mal à donner du sens à la notion de la fraternité. Puis j’essaie de montrer que la notion même de la fraternité chez Cohen est en tension profonde avec sa propre théorie de justice. Enfin, je soutiens que la seconde forme de fraternité chez Cohen, qui justifie l’élimination de la peur et de l’avidité des relations humaines, est incompatible avec la marchandisation, autrement dit, la réciprocité communale est incompatible avec un marché du travail. Je donc essaie de faire valoir le point de vue de Cohen, selon lequel “tous les marchés, même un marché socialiste, sont des systèmes de prédation”.

Additional Metadata
Keywords community, difference principle, market socialism, equality, Rawls, Marxism, commuanauté, égalité, principe de différence, socialisme de marché, Rawls, Marxisme
Persistent URL dx.doi.org/10.18740/S4MG6J, hdl.handle.net/1765/119530
Journal Socialist Studies : Journal of the Society for Socialist Studies
Citation
Vrousalis, N. (2012). Jazz Bands, Camping Trips, and Decommodification: G.A. Cohen on Community. Socialist Studies : Journal of the Society for Socialist Studies. doi:10.18740/S4MG6J